Accueil » Articles » L’expatriation à Malte en tant qu’entrepreneur

L’expatriation à Malte en tant qu’entrepreneur

Avec seulement 316 km2 pour plus de 500 000 habitants, Malte est un des pays les plus denses d’Europe !

J’ai passé presque 2 ans sur cette île dans laquelle j’ai été entouré d’entrepreneurs.

Dans cet article, je vous partage pourquoi l’expatriation à Malte en tant qu’entrepreneur est une bonne option. Je vous y explique aussi la fiscalité pour les entrepreneurs qui veulent s’y installer, et aussi pourquoi je suis parti !

Les avantages de Malte pour les entrepreneurs

#1 La communauté

C’est le grand point fort de Malte.

Je n’ai jamais vu autant d’entrepreneurs concentrés sur un si petit territoire !

Et comme c’est tout petit, tout le monde se connaît. Il suffit de rencontrer une ou deux personnes pour connaître tout un groupe rapidement.

J’ai rencontré de tout :

Freelance marketing, trader crypto, Youtubeur, coach en ligne, e-commerçant, il y a vraiment de tout, c’est l’idéal pour élargir son carnet d’adresse et faire de belles rencontres !

Que vous cherchiez des idées pour votre business, recruter des freelances, investir en crypto, ou trouver un associé, vous trouverez forcément quelqu’un sur place qui pourra vous aider ou vous donner de bons contacts. C’est vraiment un très bon point pour l’expatriation à Malte en tant qu’entrepreneur !

#2 Le cadre

Si vous comptez vous installer et rencontrer du monde rapidement, je vous recommande de rester dans ces différentes zones

Sliema, proche de Fort Fitness et du grand centre commercial.

Gzira, à côté de la mer et en face de Manoel Island.

Du côté de St Julian si vous aimez les coins plus animés avec les bars et boites à proximité.

Pour un coin plus tranquille mais avec tout a porté, je recommande St Pawls Bay, à quelques minutes de l’aquarium et du célèbre Café Del Mar. C’est un endroit très agréable et animé l’été mais assez calme l’hiver.

Si vous voulez vous couper de tout et vivre isolé dans la nature, il y a une autre île près de Malte qui s’appelle Gozo.

La Valette est la capitale mais c’est plutôt un quartier d’affaires avec peu de logements

#3 Un régime fiscal attractif

Si Malte attire autant d’entrepreneurs, c’est avant tout pour son régime fiscal. Et même s’il s’est complexifié depuis 2019, il reste vraiment intéressant.

Concernant l’impôt sur le revenu, Malte applique un barème progressif :

  • de 0 à 9 100 euros – 0 % et aucune déduction ;
  • de 9 101 à 14 500 euros – 15 % et 1 365 euros de déduction ;
  • de 14 501 à 19 500 euros – 25 % et 2 815 euros de déduction ;
  • de 19 501 à 60 000 euros – 25 % et 2 725 euros de déduction ;
  • au-delà de 60 000 euros – 35 % et 8 725 euros de déduction.

Du coté de la fiscalité des entreprises maltaises, le taux d’imposition sur les sociétés est de 35%. 

Rien de compétitif me direz-vous. Mais car il y a un (gros) mais, le gouvernement maltais a mis en place un statut attractif pour attirer les entrepreneurs, investisseurs et personnes à haut revenus sur l’ile : il s’agit du statut non dom maltais.

Le statut non dom est un système fiscal d’origine anglo-saxonne (également en vigueur à Chypre) qui permet à un citoyen étranger de s’installer dans le pays avec des avantages fiscaux non négligeable (en général pas d’imposition sur les revenus générés hors du nouveau pays de résidence, similaire donc à un pays qui appliquerait un système d’imposition territorial).

#4 Des démarches simples

Les démarches pour devenir résident sont assez simples avec le statut de personnes économiquement indépendantes.

Pour obtenir votre carte de résident, vous devez faire une demande auprès du bureau de l’Identity Malta, situé à Valley Road, Msida.

La liste des documents nécessaires pour l’obtention de votre carte de résident dépend du statut que vous demandez. C’est pour cela qu’il est important de le connaître en amont. 

Les documents à fournir pour votre demande de résidence à Malte :

  1. Le formulaire d’identité rempli, appelé Form ID 1A
  2. La copie de votre passeport ainsi que votre passeport – aucune copie ne sera faite sur place
  3. Votre contrat de location longue durée (minimum 1 an), à votre nom – ou le contrat d’achat de votre logement si vous êtes propriétaire

4. Original et copie de l’attestation d’assurance santé internationale dès le 1er euro, soin COVID compris – attention, la CFE ou une mutuelle FR n’est pas acceptée. Bien vous renseigner auprès de l’Identity Malta avant de contracter votre assurance 

5. Une attestation de fonds personnels en ANGLAIS avec tampon de la banque : capital de 14 000€ pour une personne seule, et de 23 300€ pour un couple marié.

6. Un relevé bancaire en Anglais aussi des 3 derniers mois.

7. Une preuve de présence sur le sol maltais depuis 2 mois minimum (paiements CB, billet d’avion, etc) 

8. Pour finir, le formulaire de déclaration de statut auto suffisant, appelé Form J

#5 Le statut de résident Maltais

Une fois que vous êtes résident à Malte, vous êtes automatiquement considérés comme un résident non domicilié 

(Veillez à bien respecter la période minimum de 183 jours passés sur l’ile et cocher les critères pour NE plus être résident fiscal FR pour éviter tout litige). 

Pour faire simple, avec ce statut, tous les revenus de sources étrangères ne sont pas taxés à Malte, si vous ne les rapatriez pas à Malte. 

C’est ce qu’on appelle aussi la « Remittance Basis ». Si vous rapatriez ces revenus étrangers à Malte, vous devrez payer une flat tax de 15% sur ces revenus, il n’y a donc pas de réel intérêt de les rapatrier dans la plupart des cas (sauf si vous avez besoin d’utiliser ces fonds localement).

Il est tout à fait possible par contre de rapatrier localement votre capital, épargne et toutes les plus-values réalisées hors de Malte sans aucune imposition sur l’ile.

Une nouvelle loi  est entrée en vigueur en 2019. Tout résident non-dom doit payer un forfait fiscal  de 5 000€ par an à Malte pour les personnes ayant un revenu à l’international supérieur à 35K€ / an (rapatrié ou non à Malte)

#6 L’investissement immobilier

Au niveau des investissements, l’immobilier reste vraiment intéressant comparé à d’autres pays d’Europe.

On est sur une moyenne globale de 3.40%, contre 2.80% sur la France.

J’ai visité plusieurs biens et il est tout a fait possible d’atteindre 4, 5 voir 6-7% avec Airbnb.

Exemple d’un appartement ici dans le centre à Gzira de 45m2 : 135K.

Location sur Airbnb : environ 800€/mois.

Donc 7% de rentabilité brute.

Les revenus locatifs sont taxés à 15%, il n’y a pas de taxe foncière.

Compter quelques dizaines d’euros par mois pour les frais de co-propiété.

Ça me semble être une bonne option pour les investisseurs qui souhaitent un investissement stable en Europe, proche de la France, avec une rentabilité très correcte.

Les points négatifs de Malte pour les entrepreneurs

#1 La gestion du Covid

On peut dire que la gestion du covid a été assez bipolaire à Malte :

Au début de l’épidémie, l’île a continué de tourner normalement : restaurants, bars, salle de sport, tout était open.

Puis ensuite, pression européenne, propagande dans les médias, une partie de la population a commencé à paniquer.

Il n’y a jamais eu de quarantaine obligatoire pour la population heureusement, mais en 2020 et 2021 l’île tournait au ralenti : vaccin obligatoire pour venir, masque en extérieur, aucune soirée ou activité collective, etc.

#2 La qualité des services

En plus de payer assez cher (à peu près équivalent à la France en province), c’est vraiment difficile de trouver de bons services sur place : la nourriture est de basse qualité, les logements sont souvent humides et mal finis et les commerçants n’ont pas vraiment le sens du service …

Lors de mon déménagement, les meubles commandés n’étaient pas les bons 1X sur 3, et dans les magasins, on a souvent l’impression de déranger les vendeurs.

Globalement, les maltais ont l’état d’esprit méditerranée : ils ne se pressent pas pour faire le boulot et tout fonctionne un peu à l’arrache.

Malte est une île géniale si vous souhaitez vous expatrier dans un pays à basse fiscalité sans partir trop loin et vous entourer d’entrepreneurs francophones.

Le beau temps, les sorties, des soirées sympas, ça plaira beaucoup aux 20-35 ans qui souhaitent vivre une première expatriation quelques mois ou années.

D’ailleurs une majorité d’entrepreneurs sont là bas en transition, et personne à ma connaissance ne se voit rester à Malte pendant 10 ans. C’est un super tremplin le temps de consolider son business, pour éventuellement partir plus loin après.

Pour en savoir plus sur Malte en tant qu’entrepreneur, regardez cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=-4aVeGPo2-o

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.